Choumouroux (Yssingeaux)suite1

VII.1 - JEAN JOSEPH DE SAGNARD DE CHOUMOUROUX DE MONTMEA

 

oo Catherine Brun.

Ils sont mariés le 2 mai 1677. Il est né le 14 novembre 1653, il est baptisé le 22 septembre 1654. Il meurt au siège de Chivas en Espagne en 1711. Il est capitaine au régiment d'Auvergne et chevalier de Saint-Louis. Il est maire d'Yssingeaux entre 1692 et 1711. Lors de son mariage, Pierre de Sagnard, seigneur de Choumouroux, constitue à son fils Jean Joseph le tiers de ses biens sous réserve de l'usufruit. Jean Joseph donne à sa fiancée 4 000 Livres plus 500 Livres pour bagues et joyaux. Les témoins du mariage sont Jean Desprès, écuyer, seigneur de la Suchère, Charles de Choumouroux, écuyer, seigneur de la Borie, Claude Aymé de Sagnard, écuyer, seigneur de Chazeaux, Claude Petiot bourgeois de Bas. Jean Joseph épouse la fille de sa belle-mère. Or Jean Joseph est le fils de Pierre et de Marguerite Aimée de la Bastie Reynaud et Catherine Brun est la fille de Claude Brun et de Jeanne Petiot (cette dernière s'est remariée à Pierre de Sagnard de Choumouroux, père de Jean Joseph). Ce mariage renforce l'alliance entre ces deux familles. Jean Joseph hérite du château d'Etables ou des Estables de son oncle Claude Just Reynaud de la Bastie seigneur du même lieu cité. Le 9 janvier 1710 il fait son testament. Il institue son fils Pierre Louis comme héritier universel. Il lègue à Louise 100 Livres, à Jean Martin 3 500 Livres, à Jean Aymé 3 500 Livres, à Alexis 3 500 Livres. A ses autres héritiers, il donne 2 Sols et 6 Deniers.

 

Ils ont 11 enfants :

1) Jeanne Marguerite (26 février 1678)

Son parrain est Pierre de Sagnard de Choumouroux, son grand-père et sa grand-mère est Anne Petiot, sa tante

2) Louise (27 août 1679)

Son parrain est Claude Juste Reynaud de la Bastie, seigneur des Estables et sa marraine est Louise Espinasse, veuve de Mengoux. Elle se marie avec Jean Baptiste d'Henrys, le 22 octobre 1706.

Ils ont 7 enfants, 2 garçons et 5 filles dont :

a) Joseph

b) André (curé de Peyrot)

 

3) Anna Marie (4 novembre 1680)

Son parrain est Claude Aymé, son oncle et sa marraine est Marie Olin. Elle est religieuse.

4) Pierre Louis (4 octobre 1681-2 décembre 1759)

Son parrain est Pierre Louis de Bonnaud, écuyer et sa marraine est Jeanne Delolme, femme de Pierre de Sagnard. Il hérite des biens paternels. Il est capitaine au régiment d'Auvergne. Il se marie avec Catherine Bonnefous.

5) Jean Martin (14 novembre 1682)

Son parrain est Jean Desprès et sa marraine est Jeanne Petiot. Il est curé d'Yssingeaux du 30 octobre 1708 au 29 juin 1710.

6) Anne Marie (née le 7 juillet 1685, baptisée le 26 juillet 1685)

Son parrain est Jean Antoine de Prele, écuyer et sa marraine est Anne femme de Pierre Brun

7) Marie (née le19 juillet 1686)

Son parrain est André Juge et sa marraine est Marie Sabot

8) Jean Aymé (né le 1er avril 1689, baptisé le 20 octobre 1689, décédé le 10 janvier 1762)

Son parrain est Jean Aymé de Sagnard, son oncle et sa marraine est Marguerite de Sagnard. Brigadier des Armées du Roi, chevalier de Saint-Louis en 1733. Enterré dans la chapelle de Saint-Rosaire à Yssingeaux.

9) Claude Thomas (27 avril 1690)

Son parrain est Claude Thomas de Beaux, seigneur de Vonac et sa marraine est Anna Besson, femme de Jacques Maurin, bourgeois d'Yssingeaux

10) Alexie (née le 20 août 1691, baptisée le 21 août 1691, décédée le 3 juillet 1769)

Son parrain est  Pierre Louis de Sagnard, son frère et sa marraine est Alexie Dupin

11) Pierre Vincent (5 avril 1693)

Son parrain est Pierre de Sagnard de Choumouroux et sa marraine est Jeanne Petiot femme du parrain.

Un événement incongru est mentionné dans le registre paroissial de la commune d'Yssingeaux le 22 octobre 1690. Noble Joseph Sagnard, seigneur de Montméa, a eu une fille illégitime avec Marie Chabret Julien d'Espaly, paroisse Saint-Marcel du Puy prénommée Antoinette. Son parrain est Pierre Linet hoste d'Yssingeaux et sa marraine est Antoinette Pons. Joseph est sans doute Jean Joseph, homme marié ayant eu une aventure extra-conjugale mais qu'il reconnaît.

 

 

 

 

VIII.4 - PIERRE LOUIS DE SAGNARD DE CHOUMOUROUX  - ECUYER (4 octobre 1681-2 décembre 1759)

 

oo Catherine Bonnefous

Elle est la fille de Georges et de Catherine Trevys (ou Treveis).

Il est seigneur de Choumouroux, de Montméa, des Estables, de Chazeaux. Il est capitaine au régiment d'Auvergne Infanterie. Il est chevalier de Saint-Louis. Le 7 novembre 1732, obligation passée par Guillaume Mouret à messire Pierre Louis de Sagnard écuyer, seigneurs de Montméa, Choumouroux et autres places, héritier de feu messire Jean Joseph de Sagnard et à dame Catherine Brun veuve de ce dernier habitant en leur château de Choumouroux près de la ville d’Yssingeaux, le seigneur absent, sa mère pour lui acceptant (notaire Privat) . En 1734, l'enquête sur la capitation mentionne Chazaux et Choumouroux[1]. Citons :

"Noble Pierre Louis de Sagnard seigneur du capité à Yssingeaux. Son domaine comprend 3 domestiques, 1 artisan, 18 ménages (dont environ le quart vit sur son bien qu'il travaille, les autres ont quelques fonds qu'ils cultivent mais n'étant pas suffisant pour les occuper et pour les nourrir vont à la journée pour aider à leur subsistance), 2 servantes, 1 valet de labour, 1 veuve de laboureur, 2 fils de ménager, soit au total 28 personnes. Cette communauté est composée de 25 feux et chaque feu de 5 personnes. Elle paie de capitation année commune 37 Livres et 7 Sols. Il n'y a ni commerce, ni industrie. La production du sol s'appuie sur une principale récolte composée d'avoine, de peu de seigle. Le principal revenu consiste en produit du bétail".

 

 

Ils ont 14 enfants dont 7 seront chevaliers de Saint-Louis en 1790 :

1) Pierre Georges (21 mai 1720 - 9 juin 1794), appelé Pierre Georges de Sagnard de Choumouroux, seigneur d'Etables, Montméa, Chazeaux

Son parrain est Georges Bonnefous, bourgeois de la ville du Puy, son grand-père et sa marraine est Catherine Brun, femme de Jean Joseph de Sagnard. Mentionné en 1769 dans le testament de sa tante Marie Alexie. Chevalier de Saint-Louis en 1748, rayé en 1763, commandant de bataillon au Régiment d'Auvergne.

2) Jean Aymé (24 janvier 1722 - 10 mai 1722)

Son parrain est Jean Aymé de Sagnard de Choumouroux, chevalier au régiment d'Auvergne et sa marraine est Catherine Trevys de la ville du Puy, sa grand-mère

3) Marie Marthe Françoise (7 juin 1723 - 4 juin 1756)

Son parrain est Jean Baptiste d'Henry et sa marraine est Marie Marthe Trevys, femme de Flantin, ancien conseiller du Roy.

oo François Anatole ou Amable de La Rochenégly, seigneur de Chamblas (décédé le 4 décembre 1783). Ils ont 8 enfants : Georges, Gabriel-François, Alexis, Joseph, Bénigne, Jeanne, Marie, Marthe.

 

         Parmi ces enfants, le plus connu est Gabriel-François de la Rochenégly[2] dit « le général Rimbert » . Il est né le 6 octobre 1757 au château de Chamblas, dans le Velay (commune de Saint-Etienne-de-Lardeyrol, département de la Haute-Loire). Son grand-père avait été mousquetaire du roi et son père était officier au régiment d’Auvergne comme son grand-père maternel.

         Il fait  ses études au collège des Oratoriens de Juilly, fondé par le cardinal Pierre de Bérulle lui-même. En 1776, il est cadet-gentilhomme puis sous-lieutenant au régiment de Gâtinais, lieutenant en 1777, capitaine en 1787. Sous les ordres de Rochembeau, il fit la guerre d’Amérique dans le corps expéditionnaire envoyé par Louis XVI au secours des « Insurgents » de George Washington.

         En 1782, il est blessé à la bataille de Savannah : alors qu’il charge à la tête de sa compagnie, il est touché à la tête d’un coup de baïonnette et doit être trépané: opération alors extrêmement grave, à laquelle il survit. Il est ensuite fait prisonnier lors du combat livré par le navire « Le Caton » sur lequel il se trouve le 12 avril 1782. Il est libéré en 1783 à la fin des hostilités et il revient en France. Il est chevalier de Saint-Louis en 1791 mais il démissionne de l’armée royale en janvier 1792 car il n’était plus question de servir le nouveau régime, encore moins après le 10 août 1792 (chute de la monarchie).

         En 1793, il se trouve à Saint-Etienne lorsque les Lyonnais arrivent en Forez : il se joint à eux sous le nom de Rimbert. Ce pseudonyme qui vise à protéger les siens ne fut jamais découvert par les répuublicains, même après son arrestation.

         Il gagne Montbrison avec les Lyonnais : ses qualités militaires, son charisme personnel l’imposent à la tête de l’Armée Départementale Lyonnaise. Précy lui donne le grade de général. Après la défense de Montbrison, le « raid » sur Saint-Anthème et la victoire de Salvizinet, il dirige la retraite sur Lyon où le 15 septembre 1793, il réussit à faire pénétrer dans la ville, déjà presque complétement encerclée, tous ses soldats et un important convoi de vivres et de munitions. C’est « l’arrivée des Montbrisonnais », saluée avec enthousiasme et reconnaissance par les Lyonnais.

         Le général de Précy lui confie la défense des postes d’Oullins. Quand la situation fut désespérée, Précy tente une sortie, dans la nuit du 8 au 9 octobre 1793. La Rochenégly commande l’avant-garde et François-Henri de Virieu, l’arrière-garde. Lorsque la percée eut réussi, la troupe se disperse. Puis il se déguise en paysan  mais il est arrêté et ramené à Lyon.

         Mais son véritable nom ne fut pas découvert et c’est sous le nom de Jean Rimbert, né en Suisse, ancien officier de l’armée de Hollande, qu’il fut condamné à mort le 25 octobre 1793 par la Commission militaire de Lyon qui jugeait sans appel et dont les décisions étaient éxécutoires dans les vingt-quatre heures. Il fut fusillé le jour même et demanda à commander lui-même le feu du peloton d’exécution.

 

4) Louise Bénigne (7 mai 1724 - 11 mai 1724)

Son parrain est Denis Plantier et sa marraine est Louise de Sagnard

5) Jean Gaspard Alexis (6 août 1725 - 7 janvier 1781) appelé de Sagnard de Montméa

Son parrain est  Claude Gaspard Montméa, bourgeois du Puy et sa marraine est Marie de Sagnard de Choumouroux. chevalier de Saint-Louis, capitaine de grenadiers au régiment d'Auvergne.

6) Joseph Aymé (14 septembre 1726)  appelé de Sagnard de Montaigu

Son parrain est Jean Aymé Sagnard de Choumouroux capitaine au régiment d'Auvergne, son oncle et sa marraine est Marie Barbe Bonnefous, du Puy et les témoins au baptême sont Véron, Treslemont. Chevalier de Saint-Louis 1760, capitaine de grenadiers au régiment d'Auvergne, (vivant en 1769 testament de sa tante et vivant en 1776 testament de son frère Jean Pierre Louis).

(7) Pierre Joseph (2 novembre 1727), appelé de Sagnard de Chazeaux ou bien de Choumouroux.

Son parrain est Pierre Georges, son frère et sa marraine est Anne Thérèse Galien. Il teste le 25 juin 1776, avant midi, par devant le notaire royal, avocat au parlement et les témoins présents, noble présent Pierre Joseph de Sagnard sieur de Chazeaux, habitant au lieu et château de Choumouroux paroisse d’Yssingeaux lequel dans la crainte d’être prévenu de la mort avant d’avoir disposé de ses biens toutes fois dans une pleine liberté d’esprit et en parfaite santé a fait ordonne et dicte son testament nuncupatif et disposition de dernière volonté de la forme suivante dans le cas de décès il veut être pourvu des honneurs funèbres par ses héritiers et après nommés personnes qu’ils s’en acquittent directement et autre donne à l’hôpital d’Yssingeaux la somme de 300 livres payable en trois paiements au syndic de l’hôpital, plus la somme de 90 livres à la fabrique de l’église d’Yssingeaux, donne et lègue à dame Catherine Françoise Bonnefous de Choumouroux sa mère la légitime telle que de droit qui pourra lui appartenir sur ses entiers biens institués, est testateur sa mère au legs son héritière particulière et quant à ses autres biens, institue pour ses héritiers universels nobles Pierre George de Choumouroux, Jean Gaspard Alexis de Sagnard de Montméa, Joseph Aimé de Sagnard sieur de Montaigu, ses frères chevaliers de l’ordre militaire de Saint Louis, Joseph Reymond Bénigne de Sagnard chevalier de Choumouroux ancien capitaine aide major au régiment d’Auvergne, demoiselles Louise Françoise de Sagnard de Jarmeyrac et Alexis Françoise de Sagnard de Choumouroux  ses soeurs... lègue à son frère Joseph Reymond Bénigne de Choumouroux, son frère et héritier la somme de 3 000 livres sur son entière hérédité. Son frère aîné Pierre Georges de Choumouroux ne participera en rien au partage des meubles. Les témoins sont Jacques Durand, Laurent Charreyre des Roys, Montagne, notaire Delolme. Il est chevalier de Saint-Louis.

8) Marie Catherine (9 octobre 1728)

Son parrain est Joseph d'Henry de Paillery et sa marraine est Catherine Brun

9) Pierre Louis (9 février 1730 - 29 août 1773)

Prêtre chanoine de l'église cathédrale de Notre Dame du Puy. Il est appelé de Sagnard de Jarmairac (ou Jarmeyrac). Son parrain est Pierre Georges, son frère et sa marraine est Marthe, sa soeur

10) Louise Françoise (10 octobre 1731) appelée de Sagnard de Montméa

Son parrain est Pierre Georges, son frère et sa marraine est Louise Bénigne vivante en 1776, sa soeur

11) Jean Alexis Sébastien (19 janvier 1733-1760), appellé Jean Alexis de Sagnard de Choumouroux

Son parrain est Jean Gaspard Alexis, son frère et sa marraine est Marthe, sa soeur

Capitaine au régiment d'Auvergne, chevalier de Saint-Louis en 1758. Mort au combat à Clostercamp en 1760

12) Joseph Raymond Bénigne (16 janvier 1734-1mars 1812)

Son parrain est Joseph Raymond Desprès de la Suchère et sa marraine est Marthe, sa soeur

13) Françoise Alexie (8 octobre 1735)

Son parrain est Pierre Reboul, bourgeois et sa marraine est Alexie de Sagnard de Choumouroux, sa tante (vivante en 1776)

14) Jean Pierre Louis

×